Episode 3 - Ajustements logistiques

La bonne marche de notre horde de vélocipèdes requiert quelques indispensables ajustements logistiques. Le soir, après le concert, il faut rapidement penser à charger la batterie dans nos remorques cyclo-tractées...et, littéralement, recharger les batteries : celles de nos vélos, et celles de nos mollets. Finalement, le plus grand danger pour un orchestre en tournée cyclique savoyarde, c'est la Savoie elle-même. Qu'il est aisé de se laisser happer par ces nuances de vert dans la vallée en face de nous, par la vue des cimes

enneigées au loin! Qu'il serait tentant de se laisser assoupir à l'ombre d'un épicéa après les copieux repas servis par notre public!

Mais il faut, déjà, reprendre la route. Et imaginer la suite : pour le concert de demain soir, Marie fera un bœuf de jazz avec Latyr et pour l'occasion, notre directeur musical Raphaël se joindra à la danse. Pierre, Jean-Baptiste, Alice et Marie, vous seriez OK pour jouer un mouvement du Quatuor de Debussy lors de la déambulation genevoise? Heureusement, on pourra toujours compter sur Antoine et son clownesque spectacle autour du violoncelle.

Au fil des jours, le vent fraîchit. L'orchestre prend de l'altitude...et, quelque part, on se sent pousser des ailes. Les vélos ne sont pas tout-terrains, mais les musiciens le deviennent petit à petit. Il faut apprendre à dompter, l'après-midi une acoustique de plein air face à une église, et le soir une acoustique de plein air au milieu des arbres (ce qui n'a rien à voir!).

Dans quelques jours nous arriverons au terme de notre périple. Mais d'ici là, nous avons encore à vivre, et à laisser vivre, un bon millier de notes, de rencontres, et de regards complices.

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout